Rester jeune, par le Général Mac Arthur

Le général MacArthur avec sa fameuse pipe à Manille, le 2 août 1945

La jeunesse n’est pas une période de la vie,
elle est un état d’esprit, un effet de la volonté,
une qualité de l’imagination,
une intensité émotive,
une victoire du courage sur la timidité,
du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années : on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.
Les années rident la peau; renoncer à son idéal ride l’âme.
Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille.
Il demande, comme l’enfant insatiable : Et après ?
Il défie les évènements et trouve de la joie au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre foi.
Aussi vieux que votre doute.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même.
Aussi jeune que votre espoir.
Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.
Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
Réceptif aux messages de la nature, de l’homme et de l’infini.
Si un jour, votre cœur est mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

 
Source de ce texte :

Il s’agirait d’une traduction d’un extrait du discours d’adieu du Général Mac Arthur (1880 – 1964 ).

Le 12 mai 1962, soit 59 ans après l’année de sa promotion (1903), il fit ce discours (Duty, Honor and Country à West Point sur le thème du devoir, de l’honneur et de la patrie ). Dans le public composé de jeunes officiers figuraient les généraux William Westmoreland et Leslie Richard Groves.  En 1962, le Général Mac Arthur avait 82 ans. Il est décédé 2 ans plus tard à 84 ans .

Traducteur non identifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *