La réussite, le bonheur à travers le film Limitless, avec Bradley Cooper et Robert de Niro

 

L’histoire

Edward (Bradley Cooper) vient de se faire plaquer par sa fiancée. C’est un écrivain en panne d’inspiration qui rame dans la vie. Il a un contrat avec une maison d’édition à qui il doit remettre le livre mais il n’a pas encore écrit une seule ligne du livre. Va-t-il finir par tout perdre, même son minable appartement dans lequel il vit ?

Il croise par hasard son ex-beau-frère, un ancien dealer qui travaille désormais pour un laboratoire pharmaceutique. Celui-ci, sensible à sa détresse, lui donne à tester une pilule de NZT, un médicament qui va être commercialisé prochainement et faire grand bruit. Cette pilule permet en effet à celui qui la prend d’exploiter son potentiel intellectuel au maximum.

Edward se laisse tenter…

Et tout se transforme ! Dès qu’il ingurgite ce NZT, ses facultés intellectuelles atteignent effectivement le zénith. Eddie peut désormais se souvenir de tout ce qu’il a lu, vu ou entendu ; il peut apprendre n’importe quelle langue en une journée, résoudre des équations complexes et subjuguer tous ceux qu’il rencontre.

À l’aide de ces pilules miracle, il gravit ainsi aisément et à toute vitesse les échelons sociaux, faisant aussi merveille à Wall Street. Il attire du coup l’intérêt d’un important homme d’affaires (Robert De Niro)… et d’individus qui ne lui veulent pas que du bien.

Horreur ! Pour compliquer le tout de terribles effets secondaires du produit apparaissent. Qu’est-ce que ce NZT ? Médicament ? Drogue ? Une dépendance ? Edward va-t-il finir par se brûler les ailes en volant trop près du soleil ?

 

Le plaisir du visionnage

Personnellement j’ai beaucoup aimé cette confrontation entre Dr. Jekyll et Mr. Hyde. La mise en scène est vitaminée. Et j’avoue, j’ai un faible pour Bradley Cooper qui obtient enfin un premier rôle d’envergure après Alias et Very Bad Trip

 

Enseignements sur la réussite, le bonheur

Mythe d’Icare transposé à New York, «Limitless» est une réflexion sur le pouvoir, l’invincibilité, et la notion d’écologie personnelle.

Qu’est-on prêt à faire pour réussir, pour accéder au bonheur, à la réussite financière, à la reconnaissance intellectuelle ? La fin justifie-t-elle les moyens ? Peut-on se fourvoyer ?

Quand est-on vraiment soi-même ? Quand a-t-on vraiment réussi ?

La PNL (programmation-neuro linguistique) parle d’écologie d’un changement, d’un projet. Un changement n’est acceptable que s’il est respectueux de notre système dans lequel on vit (ce qui est important pour nous et notre entourage). Un certain nombre d’équilibres sont nécessaires à un individu. Tout ne peut pas être changé n’importe comment. L’écologie, c’est la recherche et la préservation des équilibres fondamentaux ou essentiels à un individu.

Sans limites nous propose des éléments de réflexions et de réponses à travers un très agréable film d’action.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *